Cheval

En moyenne, les suisses consomment plus de 50 kg de viande par année, dont seulement environ 500 g de cheval. Il s’agit donc d’un produit de niche, soumis à des variations régionales.

La viande de cheval est particulièrement appréciée par les hommes en Suisse romande et au Tessin. En Suisse alémanique, des arguments émotionnels s’opposant à la consommation de cheval sont souvent avancés dans les sondages.
La viande en elle-même est pauvre en graisse et en calories, tendre et légèrement sucrée, du fait de sa teneur élevée en glycogène. Elle est un peu plus rouge que la viande de bœuf. Sa couleur plus intense lui vient de sa teneur en fer qui est presque deux fois supérieure à celle de la viande de bœuf. La viande de cheval a une bonne valeur nutritive et est une excellente source de vitamine B6 et d’un sel minéral, le sélénium. Elle est également riche en acides gras insaturés. En Suisse, ce sont surtout les morceaux nobles du quartier arrière qui sont demandés (filet, entrecôtes et steaks). Le corps d’un cheval est composé à 70 % de muscles, 17 % d’os et seulement 10 % de graisse.
La consommation de viande de cheval était en recul ces dernières années. Ceci est à mettre en relation avec des scandales alimentaires qui ont mis en avant la découverte de viande de cheval non déclarée dans des plats préparés censés contenir de la viande de cheval.

Le cheval

En Suisse, les chevaux ne sont pas élevés uniquement pour la production de viande, mais principalement pour des raisons utilitaires, de sport et de loisir. Au total, 30 races sont élevées en Suisse. Les plus répandues sont les chevaux des Franches-Montagnes, suivis des demi-sang suisses et du cheval Haflinger. 60 % des 4700 poulains qui naissent chaque année (au printemps) sont dressés pour un usage utilitaire, pour le sport et les loisirs. Les animaux restants sont, en règle générale, abattus avant la fin de leur première année de vie, pour des raisons physiques et caractérielles. Pour les éleveurs de chevaux, ces revenus complémentaires sont très importants, même si seulement 10 % de la viande de cheval consommée en Suisse est produite dans le pays.

Le cheval

En Suisse, les chevaux ne sont pas élevés uniquement pour la production de viande, mais principalement pour des raisons utilitaires, de sport et de loisir. Au total, 30 races sont élevées en Suisse. Les plus répandues sont les chevaux des Franches-Montagnes, suivis des demi-sang suisses et du cheval Haflinger. 60 % des 4700 poulains qui naissent chaque année (au printemps) sont dressés pour un usage utilitaire, pour le sport et les loisirs. Les animaux restants sont, en règle générale, abattus avant la fin de leur première année de vie, pour des raisons physiques et caractérielles. Pour les éleveurs de chevaux, ces revenus complémentaires sont très importants, même si seulement 10 % de la viande de cheval consommée en Suisse est produite dans le pays.

Feedback sur les produits